Le microcrédit est un prêt de faible montant accordé à un emprunteur qui éprouve des difficultés à accéder à un financement auprès des banques traditionnelles. Mais comment fonctionne-t-il ? Qui peut en bénéficier ? Quels sont les montants accordés pour les microcrédits ? Nous vous apprenons davantage sur le sujet dans cet article.

Définition

Le microcrédit est un moyen de financement qui permet aux personnes « exclues du système bancaire » de bénéficier d’un financement pour leur projet personnel.  Né dans les pays en développement, le microcrédit s’est ensuite étendu au fil des années aux PME et PPTE. Et comme l’indique son nom, il s’agit de petites sommes d’argent prêtées aux concernés. Généralement, le montant oscille entre 300 et 5 000 euros.Toutefois, il peut aller jusqu’à 25 000 euros au cas où il s’agirait d’un prêt pour lancer (créer) une entreprise. Mais il va falloir dans ce cas s’adresser à des réseaux spécialisés tels que ADIE, France Active, Initiative France… afin d’obtenir un « micro » crédit professionnel.

Les types de microcrédit

Il y existe en France deux types de microcrédit : le microcrédit personnel et le microcrédit professionnel.

Le microcrédit personnel

Le microcrédit personnel s’adresse notamment aux personnes coupées d’accès au système bancaire classique. Ceci à cause peut-être de leurs modiques revenus ou encore de leur situation professionnelle précaire. En général, un microcrédit personnel est destiné au financement d’un projet personnel. Ce dernier se concrétisant par l’acquisition de biens ou de services et ayant pour but l’amélioration des conditions de vie du porteur du projet et de sa famille. En d’autres termes,ce type de microcrédit peut faciliter la réinsertion professionnelle du concerné, ou peut servir encore au paiement d’une formation professionnelle pouvant permettre à ce dernier de changer de métier. Comme types de projets pouvant être financés par un microcrédit personnel on a :

  • Acquisition d’une voiture ;

  • Acquisition d’un ordinateur ou d’autres biens pouvant vous aider à accéder à un emploi ;

  • Financement d’une formation professionnelle ;

  • Acquisition d’équipements pour le logement (contribution à l’amélioration des conditions de votre vie) ;

  • Etc.

Bon à savoir : un microcrédit personnel ne peut être utilisé pour rembourser d’autres crédits ou dettes. Il ne peut non plus être destiné pour le paiement du loyer ou des factures.  

Le microcrédit professionnel

Pour faire court, ce type de microcrédit a pour but de financer la création ou le développement d’une activité professionnelle génératrice de revenus (quel que soit le secteur d’activité).  Il s’adresse notamment aux personnes ayant un faible revenu et porteuses de projets personnels. Pour obtenir un microcrédit professionnel, les conditions ci-dessous doivent être réunies :

  • L’entreprise doit être en cours de création ou doit avoir au moins 5 années d’existence ;

  • Ce crédit ne peut être sollicité que lorsque la personne n’a pas pu obtenir un crédit bancaire ;

  • Le besoin de financement doit se limiter à 10 000 euros ;

  • Une personne doit nécessairement se porter garante de 50 % du montant accordé.  

Mode de fonctionnement du microcrédit

Un microcrédit fonctionne exactement comme un crédit normal. Le remboursement est mensuel, avec naturellement des intérêts qui sont versés au prêteur. Le taux d’intérêt est souvent compris entre 1 et 4,5 % et le remboursement complet se fait sur une durée allant de 6 mois à 4 ans.

Pour obtenir un microcrédit, vous devez nécessairement faire appel à un réseau d’accompagnement social qui va vous aider à constituer votre dossier et à vous accompagner pendant toute la durée du remboursement de votre microcrédit. Un réseau d’accompagnement social, ça peut être une maison de quartier, une maison pour l’emploi, un centre communal d’action sociale ou même des organisations spécialisées de ce type d’accompagnement. Tout compte fait,quel que soit votre lieu d’habitation, rapprochez-vous de votre mairie afin d’obtenir les contacts de ces organismes sociaux.

Après cette étape vient celle consistant à présenter votre projet à une banque agréée par le FCS (Fonds de Cohésion Sociale). Cette dernière procédera à l’analyse entière de votre dossier avant de vous faire signer un contrat prévoyant les modalités et la durée de remboursement. Si votre dossier est approuvé bien évidemment ;). Naturellement, comme pour tout crédit, vous disposez d’un droit de rétractation (c’est-à-dire revenir sur votre engagement) de 14 jours après la signature du contrat. Il se fait par écrit et est adressé à la banque qui vous a accordé le microcrédit.

Rappelons que lors de l’analyse de votre dossier, votre capacité de remboursement est également évaluée. Toutefois, les conditions sont moins coriaces que dans le réseau bancaire traditionnel.   

Quelles sont les associations qui accompagnent et accordent aussi des microcrédits ?

En France, beaucoup d’associations sont réputées en la matière. On peut par exemple citer l’ADIE, les Restos du cœur, le Secours Catholique ou encore l’Institut de Microfinance Créa-Sol.

L’association pour le droit et l’initiative économique 

L’ADIE accompagne les personnes en situation difficile dans leur projet de création de leur propre emploi. Elle finance et accompagne depuis 1988 les entreprises créées par des chômeurs ou des allocataires de minima sociaux, et leur garantit un suivi professionnel de leur démarche afin d’accroître les chances de l’ininterruption de l’activité ainsi créée. L’ADIE propose des taux d’intérêt de 7,53 %.  

Les Restos du cœur

Les Restos du cœur, en plus de nombreuses autres œuvres sociales,aident et accordent également de microcrédits aux personnes qui éprouvent de difficulté à gérer leur budget. Ils aident notamment le porteur dans la constitution de son dossier (aide à la mobilité, formation, accès au logement…) et servent ensuite d’intermédiaires entre banques partenaires.

Le Secours Catholique

Réputé dans l’octroi de microcrédits personnels et professionnels, le Secours Catholique accompagne aussi les personnes en situation financière précaire pour l’insertion professionnelle ou la création de leur propre emploi. En outre, il dispose d’un réseau solidaire de garages où les personnes le désirant peuvent faire réparer leur voiture, en louer ou en acquérir à des prix moins onéreux.

L’Institut de Microfinance Créa-Sol 

Il agit en fait comme une micro-banque et accorde des microcrédits personnels et professionnels notamment dans la région Provence Alpes Côte Azur ou l’île de la Réunion. Il est habileté par l’État français et son taux d’intérêt à ce jour est fixé à 4 %.   

Microcrédits solidaires sur internet : comment ça marche ?

Aujourd’hui, si vous souhaitez obtenir un microcrédit,vous pouvez également recourir à des plateformes de microcrédits solidaires qui existent sur le web. Les particuliers y financent de micro-projets avec ou sans intérêts. En France, on retient essentiellement Babyloan, qui est incontestablement l’une des toutes premières plateformes de ce type. Elle relie les porteurs de projets avec des personnes désirant prêter de l’argent. Babyloan prête un minimum de 10 euros et ajoute une commission pour les frais bancaires. Cette commission peut aussi servir à l’entretien de leur plateforme. 

Que retenir en somme ?

Si vos ressources ne vous permettent pas l’accès aux banques ou organismes de crédits traditionnels et que vous avez un projet qui demande de financement, adressez-vous au microcrédit pour la concrétisation de votre projet. En revanche, vous pouvez vous inscrire sur une des plateformes des entreprises ou associations solidaires au cas où vous souhaiteriez financer des projets dans le but de venir en aide aux personnes en difficulté, et qui, naturellement,souhaitent trouver une porte de sortie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here